Hémorragies intracérébrales spontanées

, par  Evelyne Emery, Thomas Gaberel , popularité : 24%
[English] [français]

Clinique

Devant l’apparition de symptômes neurologiques de début soudain, le diagnostic d’AVC est évoqué en premier lieu, mais aucun signe n’est spécifique de la forme hémorragique. Les manifestations cliniques vont dépendre de la localisation de l’hématome et de son extension.

  1. Les manifestations d’hypertension intracrânienne (HTIC) sont fréquentes et classiques : céphalées, vomissements, puis trouble de la vigilance voir coma (A évaluer par le score de Glasgow) par compression directe ou indirecte du thalamus et du système réticulé (39,30,39).
  2. Un syndrome méningé peut s’observer en cas d’extension méningée ou intraventriculaire (29).
  3. Les HIC profondes (thalamus, putamen, noyau caudée) vont, en comprimant la capsule interne, induire une hémiplégie controlatérale (43).
  4. Les lésions de la substance blanche sous corticale peuvent interrompre l’activité de différentes régions corticales et entrainer divers dysfonctions ou déficit neurologique (liste non exhaustive) : aphasie, hémianopsie latérale homonyme, heminégligence, syndrome frontal…(43)
  5. En cas de lésions du tronc cérébral (liste non exhaustive) : anomalie du regard, atteintes des paires crâniennes, hémiplégie controlatérale…(35)
  6. Les hémorragies cérébelleuses vont être à l’origine d’un syndrome cérébelleux (35).

Aucun des ces signes n’étant spécifique, l’imagerie va faire le diagnostic.
Près d’un quart des patients va présenter une dégradation de l’état de conscience dans les heures suivant le début de la prise en charge : lorsqu’elle survient dans les 3 premières heures suivant le début des symptômes, elle est le plus souvent attribuable à une augmentation de volume de l’hématome. Lorsqu’elle survient à 24-48 h, elle est attribuable en général à la majoration de l’œdème péri-lésionnel (27,36).