Glioblastomes

, par  Fabien ALMAIRAC, Philippe Paquis , popularité : 27%

VII. Soins de support

Les soins de support sont une option à privilégier si la lésion est volumineuse et non réséquable, ou si elle est plurifocale, chez des patients dont l’indice de Karnofsky est < 50. Ils visent à maintenir une qualité de vie et à soutenir la famille et les aidants. La prise en charge est pluridisciplinaire, faisant intervenir le médecin traitant, l’oncologue, le médecin de soins palliatifs, psychologue, kinésithérapeute, psychomotricien, assistante sociale.

VIII. Suivi

Pendant toute la phase de traitement, le suivi clinico-biologique est assuré par l’oncologue et/ou le radiothérapeute, et/ou le neurochirurgien, selon les habitudes de chaque centre et des pays, et de plus en plus, de manière multidisciplinaire. A la fin du traitement par radiothérapie, un suivi clinico-remnologique régulier est nécessaire, en général tous les 3 mois [139]. Dans 20 à 30% des cas, l’IRM réalisée au décours de la radiothérapie associée au témozolomide montre une majoration des dimensions de la lésion sur les séquences injectées, susceptible de s’amender spontanément dans les semaines suivantes. Ce phénomène est décrit sous le terme de « pseudo-progression ». Il s’agit le plus souvent d’une "aggravation" de l’imagerie contrastant avec une stabilité clinique. De fait, les groupes de travail (RANO et ANOCEF) recommandent de ne pas réaliser d’imagerie dans les 12 semaines qui suivent la fin de la radiothérapie, ou de ne pas interpréter ces modifications des prises de contraste de la zone irradiée comme une évolution tumorale.
Pour évaluer la réponse thérapeutique, les critères RANO [140] distinguent (tableau 1) :
- les critères cliniques : état neurologique (amélioration, stabilité, aggravation), tolérance, dose de corticoïdes (sevrage, diminuée, stable, augmentée), qualité de vie.
- les critères IRM : intérêt de la volumétrie, évolution de la prise de contraste dans les 2 dimensions (disparition, diminution < 50%, stabilité, augmentation > 25%) et de l’hypersignal T2/FLAIR, apparition de nouvelles lésions.
En fonction de l’évolution de ces critères, les réponses sont classées en :
- réponse complète
- réponse partielle
- stabilité
- progression